Réunion publique du 7 mars : 80 participants et des idées qui fusent

80 habitants de tous âges ont pris part à la première réunion publique de Crolles 2020, le 7 mars dernier. Et sur tous les sujets, ils ont fait preuve d’un sens critique et d’une inventivité remarquables. Preuve qu’avec plus de participation, la commune pourrait aller beaucoup plus loin.

Quatre-vingt personnes qui se déplacent pour une soirée de réflexion annoncée par des tracts en boite aux lettres, c’est le signe d’un réel intérêt pour le projet Crolles 2020. A titre de comparaison, les réunions de quartier, pourtant axées sur des sujets « chauds », attirent rarement autant de monde. Quant aux samedis citoyens d’autrefois, ils réunissaient plutôt 20 à 30 personnes.

Toutes les tranches d’âges étaient représentées, des étudiants aux retraités. Mais surtout, les participants quels qu’ils soient ont joué le jeu, pris la parole, donné leur avis sur le fonctionnement actuel de Crolles, multiplié les suggestions. Ils y étaient encouragés par une organisation du débat par ateliers de 12 personnes maximum, qui permettaient à chacun de s’exprimer librement dans un groupe restreint.

Ecologie : une communication insuffisante

Sur l’écologie, premier thème fondateur du projet Crolles 2020, les participants ont déploré le manque de communication de la commune. Un constat qui vaut pour le Plan local de déplacement (PLD), les règles d’urbanisme appliquées aux nouveaux immeubles, la part du bio et du local dans les repas servis par la cantine municipale, le devenir des déchets triés par les particuliers…

Sur ce thème très en vogue aujourd’hui, les propositions ont été nombreuses : encourager davantage le recours aux modes de transport « doux » ; étudier la gratuité des transports en commun ; travailler sur les normes de construction du neuf pour favoriser les choix écologiques ; multiplier les jardins écoresponsables, à l’image de ce que font déjà les bailleurs sociaux ; encourager le zéro déchet, et pas seulement le tri. En résumé, les habitants veulent faire plus, mieux et ensemble.

Solidarité : pas assez de transparence sur les actions menées

Crolles est une commune active et engagée en matière de solidarité, avec une vraie politique du logement social, de très nombreuses associations, un système d’aides sociales. Mais l’ensemble de ce dispositif est peu connu et mal compris des habitants. Ils déplorent un manque de transparence, par exemple sur les critères d’attribution des aides aux associations. Par ailleurs, ils considèrent que la solidarité ne se limite pas à aider les personnes fragiles. Elle consiste aussi à « sortir de sa bulle », à faire des choses ensemble autour d’un objectif commun.

Des idées ? Faire enfin sortir de terre cette résidence seniors dont on parle depuis des années. Proposer un accompagnement des demandeurs d’emploi. Proposer à des étudiants et à des retraités d’intervenir en soutien scolaire auprès des enfants. Imaginer une mobilité solidaire, pour conjuguer écologie et solidarité. Créer des lieux de rencontre de type café associatif, etc.

Participation : c’est motivant, impliquant et efficace !

Sans surprise, les habitants présents étaient de fervents partisans de la participation. Ils ont reparlé des samedis citoyens, proposé la mise en place d’un conseil municipal des enfants. Ils souhaiteraient la mise en place de budgets participatifs : le conseil municipal détache du budget une somme bien définie, et un groupe d’habitants débat et décide de son affectation. Avec le risque que ce choix n’ait pas forcément les faveurs du conseil ; mais de nombreuses communes tentent pourtant l’expérience, par exemple Grenoble.

Toutefois, la participation ne s’improvise pas. Les ateliers ont fait ressortir la nécessité pour les habitants de se former sur les sujets abordés. De même, ils doivent être formés – et pourquoi pas par les élus – aux différentes facettes de la participation : écouter, informer, concerter, co-construire… Enfin, les idées ne manquent pas pour dynamiser la participation à Crolles : par exemple amener de la convivialité autour des rencontres, instaurer un roulement pour éviter l’épuisement d’habitants trop sollicités, mixer les générations.

Toutes les propositions seront étudiées

L’équipe de Crolles 2020 a terminé cette soirée bien fatiguée : elle tablait plutôt sur 40 personnes et il a fallu dédoubler les ateliers dans l’urgence ! Mais elle s’est réjouie d’avoir recueilli autant d’idées et senti autant d’enthousiasme. Toutes les pistes évoquées pendant la réunion seront examinées pour construire le projet Crolles 2020. Et pour poursuivre le débat, deux autres réunions sont déjà prévues :

—  jeudi 11 avril à 20 h, salle Boris Vian : les budgets participatifs

— samedi 13 avril à ? h, salle Boris Vian : les nouvelles pratiques démocratiques participatives